Composition du lait jument bio Cavalac

Comparaison du lait de jument, du lait de vache et du lait de femme

La composition du lait de jument diffère radicalement du lait des espèces traditionnelles laitières ruminantes telles que la vache, la brebis ou la chèvre.

De façon générale, en comparaison du lait de vache, le lait de jument contient moins de gras, de protéines et de matières minérales.

Cependant, il contient d’avantage de lactose avec une teneur proche de celle du lait de femme.

Facteurs affectant la composition du lait de jument

Si la composition du lait diffère complètement d’une espèce à l’autre. De nombreux facteurs génétiques et environnementaux influencent la composition du lait de jument.

  • La race et l’individu
  • la fréquence de la traite
  • le stade de lactation
  • la taille et l’embonpoint de la jument
  • la fréquence de traite et le type de lait recueilli
  • son régime alimentaire.

(UNIACKE-LOWE, et al., 2010, DOREAU, et al., 1990, DOREAU, et al., 1990, MARIANI, et al., 2001, HUGON, 1996, DOREAU, et al., 1993, DOREAU, et al., 1991, MARTUZZI & DOREAU, 2006, DOREAU & MARTUZZI, 2006).

Matières grasses

Le lait de jument contient un faible taux de matières grasses. C’est le lactose qui est la principale source d’énergie. Dans le lait de femme et de vache, la matière grasse représente respectivement 53% et 51% des apports énergétiques contre 25% seulement chez la jument.

Acides gras

Le lait de jument contient des acides gras polyinsaturés. Les acides gras oméga 3 et 6 sont dit acides gras « essentiels », car ils ne peuvent pas être synthétisés par l’organisme et doivent donc être apportés par l’alimentation.

La teneur en oméga 3 et 6 dans le lait de jument est très importante lors d’une alimentation à l’herbe fraîche, pendant le pâturage.

Matières azotées

Bien que la teneur en protéines dans le lait de jument soit bien inférieure à celle du lait de vache, la composition qualitative s’en rapproche.

Ainsi, les principales classes de protéines présentes dans le lait, à savoir caséines et protéines solubles (ou protéines de lactoserum), sont semblables chez les deux espèces. Cependant, alors que les caséines constituent la classe protéique prédominante chez la vache (près de 80% du total des protéines), le lait de jument contient davantage de protéines solubles (38.8%) et moins de caséines (50%) (MALACARNE, et al., 2002).

Le lait de jument est donc un lait dit albumineux, ce qui le rend très digeste, comme le lait de femme.

Peptides bioactifs

Ils sont capables de moduler des fonctions biologiques spécifiques. Ces peptides dérivés des protéines du lait ont une activités antimicrobienne. Ils aident à l’absorption des nutriments, et donne une réponse immunitaire.

Protéines solubles

Lactoferrine

Protéine de transport du Fer.

La lactoferrine joue un rôle antibactérien, inhibe les infections virales. Elle stimule aussi l’établissement d’une microflore intestinale bénéfique et agit comme facteur de croissance.

Lysozyme

Sa teneur est 2,6 à 3,6 fois plus importante dans le lait de jument que chez la femme. Elle est retrouvée en très faible quantité dans le lait de vache.

Comme dans le lait humain, la défense antimicrobienne dans le lait de jument est principalement due à la lysozyme ( et dans une moindre mesure la lactoferrine).

α-lactalbumine

L’ α-lactalbumine joue un rôle dans la biosynthèse du lactose lors de la fixation du glucose au galactose. Elle aide à l’assimilation complète du lactose.

Les immunoglobulines

Les IgG jouent le rôle d’anticorps. Cependant, les IgA exercent une action immunitaire locale en  colonisant les muqueuses du tube digestif.

Acides aminés libres

Le taux de taurine est remarquablement élevé dans le lait de femme. Il s’agit d’un métabolite essentiel pour l’enfant. Il pourrait être impliqué dans la structure et la fonction des photorécepteurs de la rétine. Bien que 10 fois moins riche en taurine que le lait humain, celui de la jument apporte une quantité appréciable de cet acide aminé en comparaison du lait de vache.

Glucides

Il s’agit essentiellement de lactose, avec un taux élevé de 63.7g.kg-1, ce qui le rapproche du lait de femme (70g.kg-1). (DOREAU & MARTIN-ROSSET, 2011).

C’est une énergie métabolisable rapidement.

Vitamines

Les vitamines sont des molécules organiques, souvent d’origine exogène, en très faibles quantités et indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. Elles sont pas ou peu synthétisées par l’individu, et sont donc essentiellement apportées par l’alimentation. Certaines vitamines peuvent être synthétisées par la flore du tractus digestif, essentiellement chez les ruminants, même si cette synthèse existe également chez l’homme et les équidés. Les vitamines sont des biocatalyseurs intervenants dans les réactions métaboliques d’anabolisme et de catabolisme permettant la croissance, l’entretien, la reproduction, la résistance aux maladies, etc. Elles peuvent jouer un rôle dans la fabrication et le transport des hormones. (MEYER, 2013)
En dehors de la concentration en vitamine C, qui est très élevée chez la jument, les apports vitaminiques du lait de jument sont proches de ceux du lait de vache.

La vitamine C ou acide ascorbique est présente en très forte concentration dans le lait de jument. Certaines publications rapportent des teneurs allant jusqu’à 150mg.L-1 contre 43mg.L-1 chez la femme. Son taux est plus élevé au printemps et diminue lorsque le numéro de lactation augmente. (HUGON, 1996).

C’est aussi un antioxydant, elle intervient dans la cicatrisation, la défense contre les infections et l’absorption du fer.

Minéraux

La quantité de matière minérale contenue dans le lait de jument est plus élevée que chez la femme, mais presque deux fois moins importante que chez la vache.

Les principaux sels présents dans le lait de jument sont les phosphates, chlorures, carbonates et citrates de potassium, sodium, calcium et magnésium. La concentration en macroéléments est fortement influencée par le stade de lactation : on observe une nette diminution du Ca, K, P, Na et Mg à mesure qu’on avance dans la lactation (SUMMER, et al., 2004).
Le ratio Ca:P de la jument est proche de 2, ce qui correspond à la valeur maximale d’absorption chez les humains.

Source: LA PRODUCTION DE LAIT DE JUMENT EN FRANCE : GENERALITES, TYPOLOGIE DES ELEVAGES ET PATHOLOGIE DOMINANTE.
THÈSE
Présentée à l’UNIVERSITÉ CLAUDE-BERNARD – LYON I
(Médecine – Pharmacie)

0%
PUR LAIT BIO

Savons à 30 % de lait de jument bio, sans ajouts de parfums ni colorants.

Découvrir les savons